Publié le 04/07/2018

Emergence européenne : Atelier documentaire aux îles Lofoten

Réunir de jeunes talents documentaristes européens pendant 2 semaines sur une île pour réaliser des courts métrages documentaires, voilà l'ambition du workshop Lofoten 2018 !

Screen Talent Europe : un réseau en faveur de l'émergence de jeunes cinéastes européens

Screen Talent Europe promeut et encourage la coopération entre des ateliers cinéma européens, des centres culturels et des institutions travaillant pour développer les talents émergents. Ciclic est partenaire de ce réseau. 

Chaque année, STE organise plusieurs ateliers dans différents pays européens pour développer les compétences cinématographiques de jeunes talents que ce soit en documentaire ou en fiction. Au delà de la fabrication de films, ces ateliers sont l'occasion de confronter les points de vue, les méthodes de travail de chacun et de coopérer autour d'objectifs communs.

> Lofoten workshop 

du 5 au 19 juillet 2018, ce sont 12 jeunes documentaristes (français, féroïens, irlandais, suédois, danois, norvégiens et allemands) qui vont se retrouver pendant 15 jours sur les îles Lofoten en Norvège pour réaliser 4 courts métrages documentaires. Ils seront pour cela encadrés par des profesionnels aguérris qui les guideront dans la fabrication de leurs films. Les 4 premiers jours seront dédiés à la réflexion, trouver des inspirations locales, faire des recherches sur le territoire des îles Lofoten... Les participants constitueront également 4 équipes de tournage de 3 personnes. Les 3 jours suivants seront consacrés au tournage, puis 3 autres au montage, les derniers jours étant des instants de "bouclage".

> Marie -Lou Vezon

Pour la première année, une participante française va partir expérimenter, en partenariat avec Ciclic, l'atelier documentaire de STE. Marie-Lou Vezon est une jeune réalisatrice du Loir-et-Cher. Actuellement étudiante en sociologie à Tours, Marie-Lou est partie en 2014 en Nouvelle-Zélande pour réaliser un documentaire sur "Les kiwis dans la grande guerre". Ambitionnant d'intégrer une formation de documentariste dans les prochaines années, elle va avant cela terminer son cursus en sociologie au Canada à la rentrée 2018. Pour elle, participer à l'atelier Lofoten " c'est une opportunité fantastique d'obtenir des conseils d'experts pour moi qui réalise des films en tant que femme autodidacte et donc avec certains manques".