Publié le 17/06/2015

Retour d'expérience : entre mashup et remake

Des élèves de Terminale ont réalisé une œuvre originale en reliant entre elles des séquences de films célèbres, re-tournées le plus fidèlement possible. Comment parvenir à réaliser un tel projet, tout en conservant une trame narrative cohérente ? 

Dialogue cinématographique

Ce projet a été réalisé dans le cadre du partenariat mené par Ciclic avec l'option cinéma-audiovisuel du lycée Saint-Paul d'Orléans. Au cours de l’année scolaire 2013-2014, les élèves, encadrés par un intervenant professionnel, ont choisi 8 séquences parmi un corpus d’une vingtaine d’extraits de films célèbres. Au programme : Taxi Driver, Sueurs froides, Pulp FictionCasque d'or, Le Bon, la Brute et le Truand, Raging Bull, Répulsion et La Belle et la Bête. Il s’agissait alors de relier chacune de ces séquences indépendantes a priori, pour leur donner un sens et faire dialoguer ensemble ces chefs d’œuvres cinématographiques.

Au moment du tournage, les élèves, aidés d’une tablette numérique, re-visonnaient les séquences à retourner. L'enjeu était de refaire à l’identique, plan par plan, les séquences choisies ; en travaillant particulièrement le cadre, la lumière, les décors, les costumes ou encore la mise en scène. D'une séquence à l'autre les comédiens étaient les mêmes afin d’assurer une continuité du récit. Au centre de l’intrigue, trois personnages principaux avec pour trame de fond un triangle amoureux. L’étape du montage a alors permis d’assembler les différentes séquences pour donner corps au film final. 

8 séquences, 2 techniques, 1 film 

Ce projet avait pour point de départ le croisement et le mélange de deux pratiques différentes : le mashup et le remake

  • Le mashup peut être défini comme une « composition faite d’éléments hétérogènes, qui constitue une œuvre originale », ou encore « un assemblage, au moyen d’outils numériques, d’éléments visuels ou sonores provenant de différentes sources » (cf. histoiredesarts.culture.fr). Cette pratique artistique est facilitée par les possibilités de reproduction, découpage, modification, collage qu’offrent les outils numériques.  
  • Un remake - « refaire » en anglais -  peut se définir comme un film adapté d’un autre plus ancien. Celui-ci peut être plus ou moins fidèle à l’original selon l'objectif du nouveau réalisateur. 

Le mélange de ces deux techniques donne toute l'originalité de ce projet. Le remake plan par plan permet de se rapprocher au plus près du film de référence et donne au spectateur les pistes pour reconnaître très rapidement le film ; la technique du mashup, quant à elle, assure une prise de recul par rapport à l'œuvre originelle. Ce court métrage joue donc à la fois sur l'idée de rapprochement (remake) et d'éloignement (mashup). 

Le résultat de ce projet met en valeur des extraits de grands classiques du cinéma présents dans la mémoire collective. Drame en morceaux est un véritable patchwork cinématographique. Ce court-métrage fait communier des séquences et donne à voir au spectateur des cinémas qui se répondent, qui se mélangent, créant des passerelles entre les œuvres pour n'en former qu'une seule.