Retours vers le futur - Jeudi 4 avril

Jeudi 4 avril à 18 h 30
Durée : 1 h 18.
Projection puis discussion avec Sébastien Ronceray.

Séance-rencontre / Free Radicals
Une Histoire du cinéma expérimental

Pip Chodorov, France, 2011, 1 h 18, avec Hans Richter, Peter Kubelka, Jonas Mekas, Stan Brakhage
Avec malice, humour et poésie, Pip Chodorov invite ses amis cinéastes à évoquer leur travail, et retrace cent ans d'histoire de l'avant-garde tout en évoquant son rapport personnel à cet art, à ces films et aux images qui ont forgé son existence.
Entre l'industrie cinématographique et le marché de l'art, il existe un cinéma libre à (re)-découvrir.
Touchant et personnel, ce documentaire qui servira de guide à tous ceux que le désir titille de plonger dans cette époque, en prolonge la démarche. Les « radicaux libres » auxquels le titre fait référence, ce sont ces artistes qui ont tiré dans les années 1920, puis dans les années 1970, le cinéma vers la poésie visuelle expérimentale. On y croisera un peu tout le monde, dans des interviews, ou des images d'archives parfois mythiques. Pip Chodorov rend un bel hommage à cette frange du cinéma, espace ouvert à tous les vents, où le hasard, le bricolage, et l'humour ont souvent joué un grand rôle.
Isabelle Régnier, Le Monde

Profitez de la soirée... En vous munissant d'un Passeport 2 séances, et restaurez-vous sur place avec Les Délices d'Élise !


Jeudi 4 avril à 20 h 45
Durée : 1 h 30.
Présentation et discussion avec Sébastien Ronceray.

Séance-rencontre / L'Avant-garde 1920-1930, l'image mouvement
« Je ne connais qu'un novateur dans le cinéma, c'est le cinéma ».

Louis Delluc, 1923
Évoquer le cinéma d'avant-garde des années 1920 revient à convoquer parmi les plus importants plasticiens de l'histoire du cinéma. Et c'est aussi et surtout revenir sur une période où la pensée sur le cinéma, tant par des essais qu'au travers des films, était des plus vives.
Après la Première Guerre mondiale, une crise de la représentation s'ouvre dans les domaines des arts. S'inspirant d'autres pratiques artistiques, et en puisant plutôt du côté du cinéma scientifique que du Film d'Art, des artistes vont questionner l'abstraction cinématographique (montrer le monde tel qu'il n'a encore jamais été vu), déployant les possibles du cinéma, bien au-delà de la narration. « L'erreur du cinéma, c'est le scénario », tambourinait Fernand Léger en 1924. Alors, des cinéastes ont cherché en quoi le cinéma peut être poétique, sonore, sculptural, chorégraphique...

Au programme : Bandes sur pellicule 35 mm, Lucien Bull ; Cinq minutes de cinéma pur, Henri Chomette ; Studie n°7, Oskar Fischinger ; Ghost Image (Visual Essays ; Origins of Films n°4), Al Razutis ; Rythmus 21, Hans Richter ; Symphonie Diagonale, Viking Eggeling ; Kipho, Guido Seeber ; Disque 957, Germaine Dulac ; Montparnasse, Eugène Deslaw ;
Kaleidoscope, Len Lye.