Publié le 29/06/2017

Lycéens et apprentis au cinéma : les films de la 23e édition

 

En 2017-2018, les élèves découvriront des cinéastes aussi importants que Stanley Kubrick, Jean Renoir ou encore Hirokazu Kore-Eda, aux côtés de la jeune création contemporaine. Traversant l'histoire du cinéma et explorant la diversité des formes cinématographiques et des origines géographiques, cette nouvelle programmation sensibilise le spectateur à l’analyse critique et artistique tout en l’invitant à s'interroger sur le monde qui l'entoure.

 

1er trimestre : LES SENTIERS DE LA GLOIRE

de Stanley Kubrick
États-Unis / 1957 / 1h27
Avec Kirk Douglas, Adolphe Menjou, George Macready, Christiane Kubrick...

Au cours de la Première Guerre mondiale, le haut commandement de l’armée française oblige ses troupes à se lancer à l’assaut d’une position allemande réputée imprenable. Le colonel Dax voit ainsi mourir un par un la plupart de ses hommes. Terrorisés et épuisés, les survivants refusent d’avancer. Rendus furieux par ce qu’ils considèrent comme une mutinerie, les généraux décident de faire exécuter pour l’exemple trois soldats pris au hasard.

Au-delà de la charge antimilitariste du film, qui en fait encore aujourd'hui un modèle du genre, il faut voir dans Les Sentiers de la gloire la naissance de ce qui fait le brio et toute l'importance du cinéma de Stanley Kubrick. Les mouvements de caméra dans les tranchées et les angles de prises de vue lors du procès témoignent d’une mise en scène époustouflante au service d'idées fortes et dérangeantes sur la nature humaine.

En savoir plus

2e trimestre : programme de  courts métrages «  PARTIES DE CAMPAGNE »  

Des premiers regards aux premiers frissons, la séduction est tout un art. Surmonter sa timidité ou braver l’interdit, prendre les devants ou laisser jouer le destin, autant de choix qu’il faut faire en se hâtant lentement. A partir du chef-d’œuvre de Jean Renoir, adaptation de Maupassant, ce programme questionne la place de la nature dans le processus de séduction des personnages et de nous autres, spectateurs sensibles. Quatre variations sur le thème du jeu de l'amour et du hasard à la campagne, et autant de manières de poser cette question : comment filmer le désir au cinéma ?

PARTIE DE CAMPAGNE de Jean Renoir - France - 1936 - 40 minutes
AU PREMIER DIMANCHE D'AOÛT de Florence Miailhe - France - 2000 - 11 minutes
LES AMOUREUSES de Catherine Cosme - Belgique, France - 2015 - 27 minutes
UNE LEÇON PARTICULIÈRE de Raphaël Chevènement - France - 2007 - 11 minutes

En savoir plus

 3e  trimestre : FATIMA ou  TEL PÈRE, TEL FILS  (au choix)

FATIMA de Phillipe Faucon
France / 2015 / 1h19
Avec Soria Zeroual, Zita Hanrot, Kenza Noah Aïche...

Fatima vit seule avec ses deux filles : Souad, 15 ans, adolescente en révolte, et Nesrine, 18 ans, qui commence des études de médecine. Fatima maîtrise mal le français et le vit comme une frustration dans son quotidien. Afin de leur offrir le meilleur avenir possible, Fatima travaille dur comme femme de ménage...

Librement adapté des recueils de poèmes de Fatima Elayoubi Prière à la Lune (2006) et Enfin, je peux marcher seule (2011), Fatima est une nouvelle variation du réalisateur Philippe Faucon sur le thème de l'intégration des minorités dans la société française. Avec une justesse de ton dans l'interprétation, les dialogues, et les situations mises en scène, le cinéaste questionne le vivre ensemble et l'avenir de la jeunesse de notre pays dans un film terriblement attachant.

En savoir plus

Voir la bande annonce

 OU

TEL PÈRE, TEL FILS de Hirokazu Kore-Eda
Japon / 2013 / 2h03
Avec Masaharu Fukuyama,  Machiko Ono, Yôko Maki...

Ryota, un architecte obsédé par la réussite professionnelle, forme avec sa jeune épouse et leur fils de 6 ans une famille idéale. Tous ses repères volent en éclats quand la maternité de l'hôpital où est né leur enfant leur apprend que deux nourrissons ont été échangés à la naissance...
 
Fils spirituel de l’illustre cinéaste nippon Yasujiro Ozu, Kore-Eda ausculte la famille japonaise dans chacun de ses films. Tel père, tel fils questionne la place de l’enfant dans la société, et à travers elle les enjeux politiques et éthiques liés à l’éducation des plus jeunes. Drôle et bouleversant à la fois, le film dessine derrière ces instantanés familiaux, le portrait d’une époque qui n’en a pas fini avec une certaine idée de la lutte des classes. 

Voir la bande annonce