Lecture-rencontre avec Cécile Portier & Olivia Rosenthal

Jeudi 12 décembre, 18h30 à la Médiathèque d'Orléans (45)

Littérature et cinéma

Ciclic et la Médiathèque d’Orléans vous invitent à rencontrer Cécile Portier, auteur en résidence sur le site de Ciclic où elle mène un travail de création littéraire depuis les films mis en ligne sur le site du pôle patrimoine de Ciclic “Mémoire, les images d’archives en région Centre”.
Elle échange avec Olivia Rosenthal, à partir d’extraits de leur travail de création, sur les liens et les dialogues possibles entre écriture et images cinématographiques.
La rencontre est animée par Guénaël Boutouillet.


« À travers ces mots de recherche tapés au hasard, pluie, arbre, mort, abeille, chute, récolte, pierre, et bien d’autres encore, de ces mots sans histoire, sans Histoire, je comprends cela, que je ne cherche que du mouvement, de la matière. Du mouvement ou son contraire. De la matière et de la lumière. Je cherche ce qui se désancre, et qui est notre part commune.
Face à la base mémoire, je me fais l'effet d'une très vieille personne, avec cette idiotie particulière de certaines personnes âgées, légèrement démentes, qui, quand elles rient comme le bébé de la danse que fait la poussière dans un rai de lumière, se rapprochent de l'abstraction. De l'abstraction qu'est la vie. »


[Cécile Portier, Cette abstraction qu’est la vie, www.ciclic.fr]

 

« Dans la dernière scène du film il y a quelque chose qui ne va pas. Catherine Deneuve
alias geneviève prononce une phrase simple, factuelle, du moins elle le croit, une phrase qui, si on n'y prête garde, pourrait signifier qu'elle est juste étonnée de revoir Guy.

Cette phrase, je peux la répéter,
la retourner
la déployer
il y a en elle une erreur, une omisssion, une faute de sorte que l'apparente indiférence qu'elle manifeste
cache mal

une immense peine

C'est la première fois que je reviens à Cherbourg depuis mon mariage. J'ai été cherche la petite chez ma bemme-mère en Anjou. J'allais rentrer à Paris puis j'ai fait ce détour, je ne pesais pas te rencontrer, il a fallu ce hasard.

Mon seul et unique amour doit le savoir aussi bien
que moi
ils ne sont pour rien dans mes larmes. » 

[Olivia Rosenthal, Ils ne sont pour rien dans mes larmes, Verticales, 2012]


 

Rencontre organisée par la médiathèque d’Orléans et Ciclic, en partenariat avec la librairie Les Temps Modernes.

Renseignements :
Médiathèque d'Orléans 02 38 68 45 45
Ciclic 02 47 56 08 08