Publié le 28/05/2014

Le diable dans la cathédrale, jeux et métamorphoses à Chartres

Marie-Francine Jourdan

Châtillon-sur-Indre : Éditions Rencontre avec le patrimoine religieux, 2014. – collection “Au fil des images. Voir et comprendre”. – ISBN 978-2-911948-39-8. – 184 p. – prix : 30 €

Un ouvrage qui a pour objectif de faire découvrir un aspect moins conventionnel de la cathédrale Notre-Dame de Chartres : celui du petit monde des démons, qui envahit sa sculpture et ses célèbres verrières.
Le dialogue établi entre les photographies et les commentaires révélera notamment au lecteur l’étonnante liberté laissée aux artistes de jouer avec les formes diaboliques. Artistes qui se sont alors régalés à représenter leur grouillement frénétique et à multiplier leurs contours monstrueux.

« La peur du Diable peut être considérée comme un des traits de l’imaginaire médiéval, caractéristique de son attirance pour le surnaturel. La croyance aux démons est indiscutée, tant par les clercs que par le peuple : elle appartient au quotidien de la vie morale. Les images matérialisent la multiplicité des forces hostiles qui guettent l’homme, dressent des embûches, contrarient son chemin vers le salut. Si leur nombre dans les vitraux et parmi les sculptures de la cathédrale de Chartres permet de vivifier les thèmes, leur présence envahissante, dans toutes les parties de l’édifice, inspire une crainte salutaire du Diable et du péché, dont la damnation peut être la lourde conséquence.
À Chartres, toutes les formes monstrueuses sont ainsi présentes pour aiguiser la vigilance ; il convient que l’âme, toujours en éveil, discerne les nombreux périls qui la menacent. La figure du Diable concrétise les conflits, qui agitent l’homme et la société médiévale.
»