La Touraine à New Delhi

Du 11 au 14 décembre 2014

En décembre, la chercheuse et archiviste Anna Briggs présentera, lors d'une conférence internationale, une étude comparée de deux films amateurs ayant pour sujet la Seconde Guerre mondiale : le film "L'Histoire de chez nous" de Jean Rousselot, autour de la Touraine dans la guerre, sera ainsi mis en regard avec un film anglais. 

La conférence annuelle "Visible evidence" existe depuis 1994. Elle réunit chaque année des universitaires du monde entier, issus de différentes disciplines, autour des médias et des films documentaires. 

Pour la prochaine rencontre qui se tiendra à New Delhi du 11 au 14 décembre 2014, Anna Briggs a proposé d'analyser deux films amateurs européens autour de la Seconde Guerre Mondiale. Elle a choisi de s'intéresser à un film conservé au Yorkshire Film Archive, en le comparant avec le documentaire "L'Histoire de chez nous" de Jean Rousselot. "L'Histoire de chez nous" est un film 9,5 mm très construit, réalisé en 1945 par Jean Rousselot, alors instituteur dans un village près du Grand-Pressigny (Indre-et-Loire), pour rendre compte des événements de la Seconde Guerre mondiale à Tours et dans le sud de la Touraine. 

Par rapport au film de Jean Rousselot, le film "Holmfirth tradesmen's trip & Blitz in Sheffield", tourné par Wylbert Kemp dans le sud du Yorkshire, est très différent. D'une certaine manière, il s'agit de plusieurs films qui se succèdent sur une bobine : un voyage touristique de représentants de commerce en 1939, à l'heure des pénuries (magasins fermés, tabac indisponible...), puis un film qui évoque plus explicitement les bombardements en Angleterre, dans lequel, après une étonnante mise en scène où les immeubles bombardés sont comme vus à travers le cockpit d'un avion, le cinéaste montre des vues de ruines tournées cette fois depuis la rue... 

Après plusieurs expériences professionnelles dans des institutions patrimoniales en Grande Bretagne, en Italie et aux Etats-Unis, Anna Briggs prépare une thèse à l'Université François-Rabelais à Tours sous la direction de Valérie Vignaux, sur la manière dont sont conservés et exploités les films de "non fiction" à travers le monde (notion anglo-saxonne). Elle se rend en Inde dès le mois de novembre pour effectuer une enquête de terrain sur les archives indiennes dans le cadre de sa thèse. Nous rendrons compte de son travail sur le film de Jean Rousselot et celui de Wylbert Kemp à son retour en France.