Publié le 28/02/2018

Entretien avec le réalisateur Bertrand Mandico à propos de ses "garçons sauvages"

En salles, à partir du 28 février 2018

Après des échos intrigants et des sélections prestigieuses en festivals, le premier long métrage de Bertrand Mandico, Les garçons sauvages, sort enfin dans les salles de cinéma, à partir du 28 février. Un entretien du réalisateur est disponible pour une diffusion en salles de cinéma ou en ligne. 

Les Garçons sauvages, c'est quoi ? 

Un film étrange, jamais vu, sorti de l'imaginaire d'un auteur prolifique et singulier. Un OFNI (objet filmique non identifié) à ne pas manquer ! 
Soutenu par Ciclic et la Région Centre-Val de Loire, le film produit par Emmanuel Chaumet (Ecce films) et distribué par UFO distribution, s'est tourné en partie à Briare, au Studio Star Europe. 

Un entretien du réalisateur a été réalisé par le GNCR (Groupement national des cinémas de recherche) sous 2 versions, toutes deux utilisables en salles et sur le web : une version de 12 minutes et une version de moins de 2 minutes... Avis aux programmateurs de salles de cinéma et à leurs spectateurs. 

Pour suivre la programmation du film dans les salles : rendez-vous sur la page facebook du distributeur 

La fiche du film

Qui est Bertrand Mandico ? 

Né en 1971, il intègre le CFT Gobelins à Paris où il obtient son diplôme de cinéma d’animation en 1993. Il ne réalise néanmoins qu’un seul court métrage d’animation, Le cavalier bleu, mettant en scène un rite païen dans un assemblage surréel. Il prolonge ses expériences visuelles dans des miniatures pour Arte.Créant des univers crépusculaires, il travaille sur la matière cinématographique et narrative en revisitant les genres. Il écrit et réalise de nombreux courts et moyens métrages sélectionnés (primés pour certains) dans grand nombre de festivals, dont Boro in the box, présenté à la Quinzaine des Réalisateurs au Festival de Cannes, inspiré librement de la vie de Walerian Borowczyk et faisant écho à une rétrospective qu’il a pilotée à Varsovie. Les recherches de Bertrand Mandico sont polymorphes (textes, photos, dessins, assemblages), certains de ses films tels que Living still life sont exposés dans des centres d’art. Il travaille également sur un projet de 21 films en 21 ans avec Elina Löwensohn, réflexion sur les états corporels de l’actrice et la fiction.Bertrand Mandico est en cours de montage du court métrage The return of tragedy et vient d’achever le tournage d’Ultra Pulpe, un moyen métrage avec Nathalie Richard, Elina Löwensohn, Pauline Lorillard, Vimala Pons et Lola Créton. Parallèlement, il travaille sur plusieurs projets de longs métrages et une série.

Filmographie sélective :
2018 : Les garcons sauvages ( 110’)
2016 : Depressive Cop (12’)
2016 : Souvenirs d’un montreur de seins (10’)
2015 : Y’a-t-il une vierge encore vivante ? (9’)
2014 : Notre Dame des Hormones (30’)
2013 : Prehistoric Cabaret (10’)
2012 : S... Sa... Salam... Sallammbô (11’)
2011 : Boro in the box (42’)
2012 : Living still life (17’)
2011 : Lif Og Daudi Henry Darger (12’)
2010 : Sa Majesté petites barbes (10’)
2009 : Mie, l’enfant descend du songe (11’)
2008 : Il dit qu’il est mort ( 18’)
2007 : Essai 135 ( 5’)
2006 : Tout ce que vous avez vu est vrai (5’)
1998 : Le Cavalier bleu ( 11’)