Publié le 17/11/2015

En avant : 4e semaine du "Mois du doc" !

Projections, focus : 19 au 25 novembre en région Centre-Val de Loire

Après la jeunesse la semaine dernière, place à une autre génération tout aussi enthousiasmante quand elle se conjugue avec optimisme. Et si le troisième âge pouvait être aussi le temps du renouvellement et de l'invention collective? Le documentaire nous le prouve avec des films réunis dans une thématique "heureuse vieillesse", concentré de joie de vivre.

Une autre thématique et d'autres initiatives sont à l'honneur cette semaine. En effet "Comment dire" nous permet d'évoquer la programmation de la ville d'Orléans, belle réussite de partenariat entre les acteurs du réseau culturel de la ville. Pour cette 4e semaine, les documentaires sont pour les publics et dans tous les lieux ! 

> Heureuse vieillesse ! une thématique proposée par la médiathèque François Mitterrand de Tours :

Dans nos civilisations sur développées et sur médicalisées, nous vivons de plus en plus vieux. Mais vivons-nous mieux ? Nos sociétés, notre économie, sont-elles capables de prendre en charge de plus en plus de personnes âgées ? A l’heure où nos élus élaborent un nouveau projet de loi sur l’accompagnement du vieillissement, nous avons choisi de vous montrer des vieux heureux. Bien dans leur tête, à défaut parfois d’être bien dans un corps irrémédiablement condamné à s’affaiblir, ils trouvent dans la vieillesse une seconde vie ou, tels Benoîte Groult, ne cessent d’enrichir celle qu’ils ont déjà bien remplie.

Embarquez avec nous pour une grande bouffée d’optimisme, avec au programme, trois films documentaires :

En complément, du 3 au 28 novembre à la médiathèque :

Exposition photographique "Deux mains s'écrient aujourd'hui !"

Imaginées dans le cadre d’un projet intergénérationnel, les photographies réalisées par Gérard Mercier mettent en scène les mains de personnes âgées, résidents de la Fondation Léopold Bellan et celles d’enfants de l’IRECOV.
A la fois sensibilisation à la langue des signes et échange entre deux publics qui n’ont pas l’habitude de se fréquenter, ce projet a permis un enrichissement mutuel en dépassant les préjugés liés à la surdité et à la vieillesse.