Publié le 07/01/2019

Culture et ruralité, l'engagement de Ciclic en Centre-Val de Loire

Le 29 septembre dernier, s'est tenue une table ronde autour des enjeux de l’action culturelle en milieu rural, Culture et ruralité en Centre-Val de Loire. Au service de la cohésion sociale des territoires. Une publication éponyme, à télécharger ici, en est issue, qui réaffirme l'engagement fort de Ciclic et de la Région Centre-Val de Loire en faveur de la décentralisation et la démocratisation culturelles, et donc en faveur d'une culture à la rencontre des habitants. Le développement culturel, vecteur d’épanouissement personnel, de lien social et de citoyenneté est une préoccupation centrale. 

Emilie Parey, responsable diffusion et Michèle Fontaine, responsable mille lectures d'hiver répondent à quelques questions.

  • Le Centre-Val de Loire est très rural. Quelles sont les réponses de Ciclic et de la collectivité territoriale en termes d'actions à cette nécessité d'aménagement du territoire ?

EP : La Région Centre-Val de Loire a choisi le modèle de l'itinérance pour le développement d'une offre cinématographique de proximité avec le Cinémobile. C'est un équipement unique en France qui permet que ce soit la salle de cinéma qui se déplace au plus près des habitants. Ciclic gère cette exploitation cinématographique si particulière, puisque c'est un camion semi-remorque tout équipé (projection numérique, chauffage, climatisation...) qui s'installe dans les villages et qui accueille en son sein jusqu'à 100 personnes. Le Cinémobile vient une fois par mois dans les communes qu'il dessert (46 dans 5 départements de la région). Il est nécessaire d'avoir cette régularité pour que le public s'approprie cette salle un peu particulière, mais très conviviale. C'est un lieu et un moment où les spectateurs peuvent se retrouver.

MF : Avec mille lectures d'hiver, Ciclic s'adresse à tous les habitants de la région Centre-Val de Loire où qu'ils se trouvent, en ville ou à la campagne. Cet événement culturel unique en France est dédié à la découverte de la littérature qui s’écrit aujourd’hui. Pendant trois mois, de janvier à mars, toute personne qui le souhaite peut devenir l’artisan de son rendez-vous culturel. Elle s’inscrit, choisit un lieu (domicile, lieu de travail, espace associatif…), réunit une vingtaine de proches, reçoit un comédien professionnel venu lire à voix haute le livre d’un écrivain vivant, édité, français ou étranger, et prévoit un temps d’échange et de partage à l’issue de la lecture. Chaque hiver, cette manière simple et accessible de découvrir la littérature se démultiplie sur le vaste territoire de la région Centre-Val de Loire, tant dans les zones urbaines que rurales. 

  • Culture des villes vs culture des champs : en quoi ce déplacement vers les habitants modifie-t-il (ou pas ) leur appréhension de la culture ?

EP : Il n'y a pas de différence dans l'offre et les choix qui sont faits en campagne. Il est important d'avoir une programmation de qualité mais en insistant sur la diversité des films proposés pour que chacun ait un film qui lui donne envie : comédie, jeune public, art et essai... Il y a malgré tout un principe de réalité en proposant entre 3 à 5 films par mois, les choix sont plus drastiques et ne permettent pas de montrer tous les films sortant chaque semaine. Le Cinémobile est aussi un outil de démocratisation culturelle, car tous les publics y sont les bienvenus : des plus jeunes aux plus âgés, parfois moins mobiles et moins enclins à prendre leur voiture. Les tarifs sont volontairement assez bas pour que cette sortie soit possible en famille, y compris pour des foyers aux revenus modestes. Et puis, il y a aussi des partenariats pour poursuivre cet accès au plus grand nombre. Le Cinémobile accueille des groupes d'instituts médico-éducatifs, d'EHPAD (établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes), collabore avec la CAF, bientôt les Restos du cœur et Culture du cœur. C'est un lieu aussi très convivial dont la porte est facile à franchir. Dans la file d'attente ou une fois à l'intérieur, les spectateurs sont en grande proximité, ils retrouvent des amis, voisins, échangent au sujet de la météo de l'actualité, des films à venir... L'équipe du Cinémobile est bien connue des habitants, des habitués et réciproquement. Certains spectateurs viennent d'ailleurs à toutes les séances dans leur commune !

MFPlus que d’un déplacement, il est question d’une appropriation. Les cinq-cents lectures organisées sont portées par autant de personnes qui s’engagent aux côtés de Ciclic. Ces "accueillants" convient leurs proches - collègues, voisins, amis… - et cette proximité humaine se double d’une proximité géographique. Peu de kilomètres à parcourir, la rencontre littéraire est à deux pas de chez soi. Près de 8 000 personnes, familières ou non du livre et de la lecture, sont ainsi réunies en petits groupes, lors de chaque édition. De plus, chaque « mille lectures d’hiver » est placée sous le signe de la découverte ; l’accueillant et ses invités ne choisissent pas l’œuvre qui sera lue et la curiosité est la bienvenue. À l’issue de l’écoute du livre lu à voix haute par l’un.e des quarante-cinq comédien.ne.s professionnel.le.s, une discussion permet à chacun d’exprimer son ressenti et sa perception du texte. Au fil des éditions, cette façon de découvrir des livres, d’en parler, d’aimer ou pas le texte entendu, de se rencontrer autour de la littérature, s’est inscrite dans les pratiques de plusieurs milliers d’habitants.

  • D'après vous, sur quoi repose la réussite de ces opérations ?

EP : Le Cinémobile peut s'enorgueillir d'une belle fréquentation (entre 55 000 et 60 000 entrées). La réussite du projet s'appuie sur l'implication des communes desservies. En effet, les communes et leurs représentants doivent s'engager aux côtés de Ciclic pour que le Cinémobile soit fréquenté par les habitants. Dans chaque commune (soit dans 46 communes de la région), il y a entre 2 et 4 correspondants, des élus, des personnels de mairie, des bénévoles... s'investissent et promeuvent le Cinémobile localement. C'est grâce à eux que l'information est donnée aux habitants sur les prochains passages. Ils en parlent autour d'eux, rencontrent les écoles, des associations. C'est enfin avec eux que les animations et séances spéciales peuvent être mises en place, comme par exemple, un ciné goûter de Noël, des débats sur l'environnement ou sur différentes questions de société... Le Cinémobile accueille aussi beaucoup de jeunes spectateurs, grâce aux dispositifs d'éducation à l'image, Ecole et cinéma, Collège au cinéma... Grâce à l'engagement d'enseignants, les élèves peuvent découvrir 3 films par an dans le Cinémobile et se faire un petit parcours de spectateur. Cela représente plus de 13 000 entrées chaque année. Aller à la rencontre des jeunes spectateurs, c'est essentiel pour que les générations de publics se renouvellent.

MFLa volonté initiale des mille lectures d’hiver de donner une véritable résonance à la création littéraire de notre temps s’est largement diffusée depuis la 1re édition en 2006. La qualité artistique des interventions alliée à la simplicité de l’accueil d’une lecture ont fait leur chemin. Chaque hiver, ce rendez-vous avec la littérature est attendu par les habitants. L’idée d’écouter le livre d’un écrivain lu à voix haute par un comédien professionnel, la perspective d’en discuter ensuite dans une ambiance conviviale et de retrouver le sens de la découverte et du partage contribuent à ce large succès. De véritables personnes-relais accueillent également des lectures à destination des personnes éloignées des pratiques culturelles. La diversité des publics s’ajoute à la diversité des territoires concernés par les mille lectures d’hiver. À l’heure des réseaux sociaux numériques et virtuels, la région Centre-Val de Loire est à l’origine d’un véritable réseau social humain construit pour et avec les habitants, autour de la littérature.