12 - Répartition des fonds par type de soutien

Le type de soutien dresse un état des lieux de l’étape à laquelle le projet a été soutenu.

92% des crédits pour la production
6% pour l'écriture/développement
2% pour la post-production

 


Ecriture & Développement

 

Avec 4,32 M€ de crédits accordés en écriture et développement pour 538 aides, l’année 2016 souligne l’intérêt croissant des collectivités pour cette étape cruciale de la conception d’un film. Après avoir stagné en 2015 (-0,11%), les crédits repartent à la hausse de 11,23%. Ce phénomène persiste depuis 2011 avec une hausse moyenne de l’ordre de plus de 10% par an. Si pour certaines collectivités, ces soutiens peuvent revêtir une forme d’investissement à long terme en cherchant à ancrer des futurs tournages sur leurs territoires, c’est surtout l’occasion d’accompagner les créateurs de leurs territoires dans la conception de leurs œuvres.

Deux genres mobilisent particulièrement ces crédits : le long métrage avec 1,4 M€ pour 144 aides et le documentaire avec 1,3 M€ pour 227 aides accordées, représentant à eux-seuls plus de 60% des fonds accordés à l’écriture et 70% des aides accordées. Le court métrage (159 K€) et la fiction TV (49 K€) ne sont quant à eux pas du tout aidés à cette étape. Restent l’animation (312 K€) mais surtout les projets nouveaux médias (528 K€) qui réussissent à être assez bien soutenus par les collectivités à cette étape.


Production

Les crédits accordés au titre des aides à la production s’élèvent en 2016 à 58, 7 M€ en hausse de 4,67% et ce, pour la seconde année. 1033 projets ont été soutenus contre 1038 en 2015.

Bien que près de 60% de ces sommes soient en direction du cinéma, c’est pourtant celles accordées à l’audiovisuel qui augmentent le plus significativement : +16,28%. Avec 23,74 M€, le montant retrouve son niveau de 2012.

Le genre qui mobilise très majoritairement ces crédits est le long métrage : 27, 3 M€ pour 160 projets, soit 48% de l’enveloppe globale. De manière assez logique étant donné les coûts de fabrication des œuvres, arrivent ensuite la fiction TV (9,6 M€), le documentaire (8,3 M€) et le court métrage (6,9 M€). La progression la plus notable étant à accorder à la fiction TV qui voit son enveloppe augmenter de 45% en une année.


Post-production

 

C’est la deuxième année de baisse consécutive pour les aides à la post-production : -7,44% après -6,2% en 2015. Après avoir dépassé le million en 2014, les soutiens à la post-production restent assez faibles et concernent peu d’œuvres. Rappelons qu’à cette étape, seules 4 collectivités sont impliquées dont l’Ile de France qui apporte 89% des crédits.